gorges de l'Ardèche réserve naturelle

Les Gorges de l’Ardèche

Classée réserve naturelle nationale depuis 1980

 

La Faune du sud de l’Ardèche

Une partie de cache cache avec un castor qui disparaît derrière un rocher, l’étonnant concert de grenouilles, la silhouette élégante des hérons cendrés qui viennent se désaltérer au lever du jour, le vol majestueux d’un aigle qui plane dans le ciel…

Autant de souvenirs merveilleux qui marqueront votre séjour au Bois Baroque. L’ Ardèche recèle de nombreuses espèces d’animaux, qui ne sont pas toutes connues et qui font l’objet d’une surveillance et de recherches constantes : ouvrez grands vos yeux et vos oreilles pour ne pas manquer ces habitants discrets.

Chèvres dans les gorges de l'Ardèche : Etoile et Pâte d'amande

La rivière abrite une centaine d’espèces d’invertébrés (crustacés, mollusques, vers…) qui s’abritent dans les rochers. Dans les eaux souvent tranquilles, parfois tumultueuses des rivières, on distingue de son canoë ou depuis le rivage, la présence furtive d’une multitude d’espèces de poisson.

Sangliers, chevreuils, lièvres, blaireaux et renards sont communs dans les fourrés. Bien évidemment, vous les surprendrez plus fréquemment pendant la nuit. Dans la forêt et la garrigue, on peut écouter les oiseaux : éperviers, palombes, fauvettes, rossignols et bien sûr le geai des chênes. On y croise papillons et libellules, ainsi que de nombreux insectes (criquets, abeilles, sauterelles, mantes religieuses, fourmis, araignées, scorpions, coléoptères…)

Dans l’air de l’été résonne le chant des cigales qui rythme les chaudes journées.

Pendant votre séjour au Bois Baroque, munissez-vous de jumelles et de votre appareil photo pour admirer et immortaliser ces compagnons sauvages qui ont élu domicile dans notre belle nature.

La Flore en Ardèche méridionale

Après avoir évoqué la faune des gorges de l’Ardèche, voici une rapide présentation de la flore que l’on peut trouver autour des rivières. Ce sont près de  500 espèces végétales qui font de la Réserve naturelle des Gorges de l’Ardèche cette magnifique mosaïque de couleurs et de formes.

CalistemonEn contemplant la nature sauvage des Gorges, on pourrait croire qu’il s’agit d’un milieu préservé, mais les hommes ont pourtant contribué à ce foisonnement d’espèces ! En créant des pâturages, ils ont participé au développement de garrigues. On y retrouve la végétation méditerranéenne typique, qui embaume l’air de senteurs du Sud : thym, lavande et sarriette composent un bouquet odorant.

Plus sauvages, les forêts sont composées majoritairement de chênes verts sur les versants et de chênes blancs dans les vallées. En automne, l’érable de Montpellier dévoile son feuillage flamboyant dans les vallons les plus frais. En bordure des rivières, nous trouvons des espèces résistant aux crues ( sureau, saules, peuplier noir…) et des plantes herbacées ( pavot cornu, lampourde…). Sur les falaises inaccessibles, poussent les espèces les plus rares, protégées et observées de près : biscutelle à feuille de chicorée, asplenium de Pétrarque, iris nain et même une espèce endémique du Massif-Central : le centranthe de Lecoq, le genévrier de Phénicie, peut y pousser tranquillement. Certains auraient d’ailleurs 1500 ans !

Un vrai petit paradis pour le botaniste et le photographe, qu’il faut préserver et protéger : n’hésitez donc pas à embarquer un livre de botanique sur votre canoë lors de votre descente des gorges de l’Ardèche pour mieux apprécier ces merveilleux trésors naturels qui défilent sous vos yeux.

Au coin du Bois
Étiqueté avec :